Vous êtes ici : Accueil - Egypte Ancienne - Détective de hiéroglyphes : Jean-François Champollion
Détective de hiéroglyphes : Jean-François Champollion

Détective de hiéroglyphes : Jean-François Champollion

Jean-François Champollion était un chercheur et égyptologue français, originaire du lot, né à la fin du 18ème siècle. Il est réputé pour avoir été le premier à déchiffrer et comprendre le langage en hiéroglyphes.

Une enfance loin de l’Egypte et des hiéroglyphes

hiéroglyphes ChampollionLes parents de Champollion ne sont pas ceux à lui avoir donné la passion de l’Egypte, en effet, ils étaient tous les deux respectivement commerçant et artisan.
Par contre, le petit Champollion est un petit surdoué, dès le plus jeune âge il sait déjà lire tout seul et entre au lycée à l’âge de 11 ans. C’est durant cette période qu’il va se passionner pour les cours de langues anciennes et où il étonnera tous le corps enseignant par son cerveau brillant.

Après le lycée, il part continuer ses études à Paris où il approfondira sa connaissance du copte, prémices de son intérêt pour le langage des hiéroglyphes. En 1808, un de ses amis d’études lui raconte qu’un archéologue pensait avoir trouvé la manière de déchiffrer tous les hiéroglyphes égyptiens mais n’a pas été reconnu par la communauté des scientifiques : cette nouvelle va décider Champollion a à travailler sur le sujet pendant près de 15 ans avant de trouver la clé !

La Pierre de Rosette et l’obélisque de Cléopâtre, socles de ses travaux sur les hiéroglyphes.

La Pierre de Rosette est une plaque gravée en pierre trouvée à la fin du 18ème siècle par les armées françaises. Celle-ci présente un arrêté, un écrit du pharaon Ptolémée et a la particularité d’être rédigée deux langues (grec et éguyptien) et surtout en trois écritures : en hiéroglyphes bien-sûr mais aussi en alphabet grec et en dométique.
Travaillant longtemps sur une copie de cette pierre, Champollion y déchiffrera le premier cartouche de hiéroglyphes présentant le nom de Ptolémée..
L’autre support de travail de l’égyptologue est l’obélisque de Philae sur lequel ses premiers travaux lui permettront d’identifier également le nom de Cléopâtre dans un cartouche de hiéroglyphes.

La reconnaissance de Champollion comme premier traducteur de hiéroglyphes

Grâce à ses précédentes études, le scientifique était parvenu à dresser des tableaux de correspondances des signes hiéroglyphiques avec le grec. Toutefois ses correspondances ne correspondant pas forcément à un signe identifié en grec, il en déduisit que certains signes décrivaient plus que des mots, mais également des symboles, des figures voire des sons en phonétique.
D’autres études lui permettront enfin de publier en 1824 un travail reconnu par l’ensemble de ses pairs « le précis du système hiéroglyphique des Anciens Egyptiens »

hiéroglyphes Champollion EgypteFort de cette notoriété, en 1826, il est nommé conservateur de la section égyptienne du Musée du Louvre et réalisera un an plus tard en 1827, son premier grand voyage en Egypte durant un an et demi pendant lesquels il pourra encore étoffer son travail sur l’écriture en hiéroglyphes.

En effet, Champollion n’était encore jamais allé en Egypte………….

6 commentaires

  1. article intéressant .

  2. Merci pour cet article simple et bien écrit !!

  3. et maintenant je sais d’où vient le nom de la fac d’Albi… Merci ! ;-)

  4. Article très interessant, clair et bien construit!
    :) Bravo

Répondre

Revenir en haut de la page

Our weather forecast is from Wunderground for WordPress